Adresse
|
Téléphone
UNION SPORTIVE BEL AIR
 
 
 
 
 
 

Interview garage La Berlaudais

Bonjour,

Tout d’abord, nous vous remercions de nous accorder cette interview.
Pour commencer, pouvez-vous vous présentez en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Michael GUERROIS, je pratique la mécanique depuis que j’ai quatorze ans.J’ai repris le Garage de La Berlaudais, en 2017. Ce n’est autre que Madame Floriane COLAS qui s’occupe des tâches administratives. Elle sera bientôt retraitée et donc mon frère, Ludovic GUERROIS, va prendre le relais.


Depuis combien de temps exercez-vous ce métier, qu’est-ce qui vous a motivé à exercer cette activité ?

Comme dit précédemment, je me suis mis à la mécanique à l’âge de quatorze ans. J’ai toujours aimé faire cela. Pour moi la mécanique est un loisir, c’est comme un jeu de LEGO. Je suis un vrai passionné. Cette passion me vient de mon grand-père qui était, lui aussi, mécanicien.


Suite à cela, pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Après mes années de collège, j’ai directement fait un CAP-BEP mécanique, accompagné d’un brevet professionnel en alternance dans ce même domaine. Puis suite à cela, j’ai fait une mention complémentaire spécifiée dans l’électricité et dans la climatisation. Et j’ai aussi effectué une formation sur les voitures électriques, il y a peu de temps.


De ce fait, qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre le garage La Berlaudais ?

Ce qui nous a permis de reprendre le garage de La Berlaudais, ce n’est autre que par des relations avec le monde du sport automobile. Je connaissais énormément de personnes dans ce domaine.
Pour cause, on a eu vent que le propriétaire voulait revendre son fonds de commerce, pour partir en retraite. Nous nous sommes donc positionnés, avec mon frère, sur la reprise du garage. A priori, il y avait d’autres propositions mais ce qui nous a permis de se démarquer, c’est que nous voulions garder le personnel déjà en poste. Cela a donc permis de conserver la clientèle déjà présente.


Maintenant, nous allons nous axer davantage sur votre entreprise La Berlaudais et par conséquent, pouvez-vous nous donner quelques informations sur celle-ci (date de création, services proposés, horaires...) ?

Dans un premier temps, ce garage a été créé en Janvier 1989 par Patrick Hervochon et son associé, André Lemoine. Et donc comme dit précédemment, par le biais de relationnel, j’ai été employé six mois dans ce garage puis j’ai ensuite repris le garage. Cela fait près de trois ans que je suis propriétaire de celui-ci.
Dans un second temps, nous proposons bien évidemment de la réparation de véhicule, de toute marque dans la mesure du possible. Oublions les excentricités, nous ne réparons pas des Ferrari ou des Porsche (dit-il d’un ton ironique). Puis les horaires, officiellement nous travaillons de huit heures à dix-huit heures. Néanmoins, il est souvent remarqué que nous faisions quelques heures supplémentaires.


Malgré la crise du Covid-19, avez-vous des projets futurs pour votre garage (extension du garage, implantation dans un autre domaine, etc.) ?

Développement dans un autre domaine que la mécanique, non, car nous voulions nous inscrire sur le long terme, dans l’automobile. Par ailleurs, nous proposons d’ores et déjà la location de voitures et nous avons la volonté de mettre en place la vente de voitures d’occasions. De surcroît, nous aimerions aussi nous lancer dans la compétition automobile si possible.


En parlant de compétition automobile, vous y êtes impliqués. Pouvez-vous nous en dire plus ? Et d’ailleurs pourquoi ce kart dans cet atelier ?

La compétition automobile nous y sommes impliqués, notamment par une assistance mécanique sur les points de course. Nous apportons notre aide lors des arrêts au stand, remise d’essence, changements de pneus, pianotage pour les pilotes pour leur donner des informations. Par exemple, nous informons nos pilotes le temps d’avance que ces derniers ont sur leurs adversaires.
Ensuite, concernant le karting, ceci est plutôt amusant puisque ce n’est qu’un outil mécanique. Nous utilisions celui-ci comme un jouet puisque cela permet à nos apprentis de les faire exercer, non pas directement sur une voiture mais sur le karting.


Détachons-nous du monde professionnel à présent, quel rapport avez-vous avec le football ?

Je suis toujours un petit peu passionné de football, nous avions joué avec mon frère en club étant jeune. Nous n’étions pas assez bons pour devenir professionnels. Nous regardons les matchs de championnat et surtout, les matchs de Coupe du Monde. Néanmoins, nous ne sommes pas inscrits comme abonnés dans un club en particulier.


Ensuite, un partenariat est né entre US BEL AIR et votre garage, pourquoi avoir choisi ce club ? Et qu’attendez-vous de cette collaboration ?

Le choix du club n’a pas été porté par nous. C’est plutôt un partenariat historique entre le club et les anciens propriétaires, Monsieur Hervochon et Monsieur Lemoine. Mais nous avons tout de même eu la volonté de garder cette coentreprise. Donc cela permet d’avoir un encart publicitaire autour du terrain. Dans un sens, cela permet de donner de la visibilité à notre entreprise, avoir une clientèle nouvelle. De plus, notre collaboration permet de favoriser le sport, pour les plus jeunes dans les clubs, dans les petites villes.

Le club de l’US BEL AIR et moi-même, vous remercient pour avoir pris de votre temps. Bonne continuation.